Evasion dans les eaux écossaises

Il y a 3 ans jour pour jour, je prenais le bateau directement l’Ecosse où j’allais vivre pour 6 mois, dans les Îles Hébrides Extérieures, sur l’Isle de Lewis plus précisément. Sur place, j’ai fait un stage dans une Fisheries Trust ! Les Fisheries Trust forment un réseau qui couvre toute l’Ecosse et correspondent plus ou moins aux Fédérations de pêche ou Contrats de rivières mais, avec une composante de recherche. Lors de ce stage, j’assistais le biologiste principal dans toutes ses tâches et dans tous ses projets.

Dans ce cadre, j’en ai donc beaucoup appris – entre autre – sur la problématique de l’aquaculture dans les lochs et de son impact sur les populations sauvages de salmonidés (saumons et truites) et sur l’environnement. C’est de ce sujet dont je voudrais vous parler aujourd’hui.

Survey_Tong05Pêche scientifique au filet  et à l’huile de coude

Tout d’abord, un petit rappel sur les salmonidés que sont le saumon atlantique (Salmo salar) et la truite de mer (Salmo trutta). Les truites de mer sont des formes migratrices de la truite commune ou truite fario, c’est-à-dire qu’une partie de la population va se rendre en mer, tout comme le saumon, pour effectuer son cycle de vie et revenir ensuite se reproduire en rivière. Les 2 espèces ont un besoin vital d’utiliser les habitats d’eau douce et d’eau salée et peuvent donc être confrontées à la cohabitation avec des salmonidés d’élevage en mer.

Des risques pour la faune aquatique ?

Tout d’abord, on peut avoir à faire à un souci d’ordre sanitaire. En effet, la concentration de plusieurs dizaines de milliers de poissons dans des « cages » dans les lochs se traduit en une concentration proportionnelle de parasites, un cauchemar pour les salmonidés sauvages : les puces de mer (Oui, je vous vois esquisser un « Beeeeek » et vous avez raison). Il en existe plusieurs espèces, elles s’attaquent aux juvéniles comme aux adultes et peuvent affaiblir leur hôte jusqu’à provoquer sa mort.

Ensuite, on a le risque non négligeable des « échappées« . Un filet qui s’éventre, c’est vite arrivé ! Surtout si une otarie affamée passe par là… On se retrouve alors avec des individus d’élevage lâchés dans la nature : ça peut nous amener à de l’hybridation avec des individus sauvages et ainsi modifier le patrimoine génétique des populations sauvages via une perte de variabilité. A terme, ceci peut affecter la survie des populations natives. Cette problématique cause bel et bien un danger majeur pour les populations sauvages de saumons en Ecosse.

Et niveau habitat qu’est-ce que ça donne ?

L’impact sur l’habitat est multiple. D’abord, le surplus de nourriture n’étant pas négligeable, on peut voir un effet sur la concentration en nutriments (principalement phosphore et azote) présents dans l’eau, pouvant mener à terme à eutrophiser le milieu. Les quantités de ces résidus pouvant être énormes, on peut également connaître un impact sur le fond marin local, avec une modification de la nature ou de la chimie des sédiments pouvant résulter en une modification de la biodiversité benthique en place. L’impact ici est donc local et à priori, reste faible actuellement selon le gouvernement écossais (source).

Mais du coup, si je veux continuer à manger du saumon, j’achète lequel ?

De manière générale, répondre à cette question est assez complexe (je veux dire, pour les poissons en général) !  Je vous conseille dès lors de vous en remettre au WWF – par exemple – et à son conso-guide. Selon ce dernier, les saumons européens issus de l’élevage sont à consommer avec modération. Cette catégorie correspond à un « élevage peu durable ou problèmes au niveau des pêcheries (sous-effectif des populations, surpêche, destruction d’habitat etc.) » pour le WWF.

Bon allez, pour quand même terminer sur une note positive… Cette belle Ecosse que j’aime tant, permettez moi de vous la présenter en photos.

Sláinte Mhath 🙂

PS : Aujourd’hui, c’est aussi mon anniversaire… N’oubliez pas la campagne KissKissBankBank en cours 😀

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s